La Commission nationale du développement et de la réforme de la Chine sollicite l’opinion du public sur l’inclusion de l’extraction de crypto dans sa liste d’industries « éliminées ».

L’appel aux commentaires du public lancé par l’agence de planification macroéconomique du pays figurait dans un communiqué. Publié Jeudi.

Le 24 septembre, l’agence Additionnel l’extraction de monnaie numérique à sa liste d’industries obsolètes à la suite de vastes mesures de répression par les autorités de Pékin contre les mineurs de crypto.

Cette décision a offert une position définitive de la commission après apparemment des allers-retours sur la question au cours des deux dernières années.

Dans le cadre des appels aux commentaires publics, l’avis de l’agence demandait des commentaires publics aux « unités concernées » ainsi qu’aux « personnes de tous les horizons ».

La période de consultation publique durera un mois, entre le jeudi 21 octobre et le 21 novembre. Les membres du public intéressés à fournir des commentaires sur la question auront quatre moyens différents pour faire connaître leur point de vue, notamment les e-mails, le courrier physique et les sections de commentaires sur le site Web de la commission.

Dans un développement connexe, la commission a également publié un courrier sur son site Web indiquant que les États-Unis avaient remplacé la Chine en tant que nation minière dominante de Bitcoin (BTC) dans le monde.

En rapport: Condamnation à mort des mineurs de crypto chinois ? Des plateformes en mouvement après la répression gouvernementale

En fait, comme Cointelegraph l’a signalé précédemment, les États-Unis représentent désormais plus d’un tiers de la distribution mondiale du taux de hachage de l’exploitation minière de Bitcoin, le Kazakhstan et la Russie venant respectivement en deuxième et troisième position.

Même avant la répression de Pékin, les mineurs de crypto en Amérique du Nord avaient augmenté leur capacité avec des commandes massives de matériel de la part de grands fabricants comme Bitmain et MicroBT.

Au plus fort de la domination chinoise, les mineurs chinois contrôlaient les trois quarts du taux de hachage mondial du Bitcoin.

Les mineurs chinois expulsés par l’interdiction auraient déplacé leur matériel vers des emplacements à l’étranger, y compris le Kazakhstan, des États comme le Texas et la Floride cherchant à attirer certaines de ces entreprises.