En 2021, la preuve de participation (PoS) était ancrée comme mécanisme de consensus de choix pour les blockchains nouvelles et innovantes. Ethereum 2.0, Cardano, Solana, Polkadot, Terra Luna – Cinq des 10 meilleures chaînes de blocs de couche de base fonctionnent sur PoS. On comprend facilement pourquoi les blockchains PoS sont populaires : la possibilité de mettre des jetons au travail (vérifier les transactions et obtenir une récompense au passage) permet aux investisseurs d’obtenir des rendements passifs tout en améliorant la sécurité de la chaîne de blocs dans laquelle ils avaient investi.

Alors que les blockchains font des progrès incroyables, les produits et services financiers disponibles pour les investisseurs institutionnels peinent à suivre. Sur les 70 produits cotés en bourse (ETP) sur le marché, par exemple, 24 représentent la propriété des jetons d’action, mais seulement trois obtiennent un retour d’action. Les détenteurs d’ETP perdent non seulement leurs performances de paris, mais paient, en moyenne, 1,8 à 2,3 % de frais de gestion.

Cependant, ce manque de participation à l’ETP est compréhensible, car le mécanisme de participation nécessite le verrouillage des tokens pendant des périodes pouvant varier de quelques jours à plusieurs semaines, ajoutant de la complexité à un produit destiné à être facilement échangeable sur les bourses.

Connexes: Le jalonnement consommera un essai de travail pour le petit-déjeuner – Voici pourquoi

Perdre votre rendement de staking, c’est conserver un actif inflationniste

Pour les investisseurs en jetons PoS, la perte de performances de paris est plus qu’une opportunité manquée – cela se traduit par la possession d’un actif très inflationniste. Étant donné que la performance payée aux parieurs est principalement constituée de nouveaux jetons, toute portion de jetons non conservée est continuellement réduite par rapport à l’offre totale. Quoi expliqué Dans un article de Messari, les récompenses de pari ne représentent pas la création de richesse, mais plutôt une répartition de la richesse, des détenteurs passifs aux joueurs.

L’ironie ici est que bon nombre de ces investisseurs institutionnels qui détiennent passivement des jetons PoS ont initialement commencé à investir dans l’espace des actifs numériques pour se protéger contre l’inflation des actifs du monde réel, et connaissent maintenant des taux d’inflation encore plus élevés sur leurs jetons PoS. .

Selon Pour Stake, le taux d’inflation moyen de l’offre pour les 25 premiers jetons PoS est d’environ 8%, ce qui est bien supérieur aux chiffres du monde réel. Pendant ce temps, les parieurs de jetons gagnent des rendements supérieurs au taux d’inflation, car les récompenses sont constituées non seulement de jetons nouvellement créés, mais également de frais de transaction. En moyenne, les parieurs gagnent 6,4% par an en performance réelle. Le contraste est clair : les détenteurs passifs subissent une inflation de 8,2 % sur leur investissement, payant potentiellement encore 1,8 % à 2,3 % de frais de gestion s’ils investissent via un ETP, tandis que les investisseurs gagnent 6,4 % en rendement réel.

Connexes: Staking Ethereum 2.0: Guide du débutant pour parier sur l’ETH

Les investisseurs doivent participer aux blockchains en plus d’en être propriétaires

La valeur d’un réseau blockchain vient de sa capacité à agir comme une couche de règlement, en ajoutant en toute sécurité de nouvelles transactions au grand livre décentralisé. Cette capacité dépend de la participation du réseau généralisé et décentralisé ; par conséquent, une blockchain PoS n’est sécurisée que par le nombre de jetons mis en jeu et sert essentiellement à vérifier les transactions. Détenir passivement des jetons PoS et ne pas les jouer nuit à la valeur du réseau, ce qui n’est pas conforme aux intérêts des investisseurs.

Malheureusement, cela signifie que la croissance des actifs sous gestion PoS ETP représentera une part décroissante de l’offre de jetons mise en jeu, ainsi que des blockchains moins sécurisées. À mesure que les capitaux institutionnels affluent dans les ETP à partir des points de vente passifs, la part de l’offre totale qui est mise en jeu diminue, augmentant les incitations à la participation et aggravant les effets inflationnistes pour les détenteurs passifs. Si l’investissement institutionnel doit stimuler la croissance des marchés des jetons PoS, vous devrez participer aux réseaux et les posséder.

L’abstraction de la complexité de la blockchain est difficile, mais possible

Il est vrai que le jeu n’est pas un exercice facile. Il s’agit d’exploiter une infrastructure sécurisée et une disponibilité constante, avec très peu de marge d’erreur, en veillant à respecter les règles du réseau blockchain. Heureusement, il existe aujourd’hui de nombreux validateurs compétents avec d’excellents antécédents, qui feront le travail de parier en échange d’une partie de la récompense. Fondamentalement, les validateurs peuvent jalonner des jetons sans en prendre la garde et en tant que tel, le meilleur moyen pour un investisseur institutionnel de jalonner ses actifs peut être avec un validateur, à partir d’un compte de dépositaire.

En fin de compte, acheter des jetons PoS sans les jouer est l’équivalent moderne de mettre de l’argent sous le matelas. Cela n’a pas de sens budgétaire à long terme. La participation aux jeux d’argent permet aux investisseurs institutionnels d’ajouter des jetons PoS à leurs portefeuilles sans subir les effets de l’inflation, tout en bénéficiant de la sécurité et de la valeur de la blockchain sous-jacente de la crypto.

Cet article ne contient pas de conseils ou de recommandations d’investissement. Chaque mouvement de commerce et d’investissement comporte des risques, et les lecteurs doivent faire leurs propres recherches avant de prendre une décision.

Les points de vue, pensées et opinions exprimés ici sont ceux de l’auteur seul et ne reflètent pas nécessairement ou ne représentent pas les points de vue et opinions de Cointelegraph.

Henrik Gebbing est co-PDG et co-fondateur de Finoa, une plateforme européenne de conservation d’actifs numériques et de services financiers pour les investisseurs institutionnels et les entreprises. Avant de fonder Finoa, Henrik a travaillé comme consultant chez McKinsey & Company, au service d’institutions financières et d’entreprises de haute technologie à travers le monde. Il a commencé sa carrière par un double diplôme dans la branche high-tech de Siemens AG.