Le député fédéral Luizão Goulart, un membre du Congrès brésilien, a proposé un projet de loi visant à légaliser les paiements cryptographiques comme forme de paiement pour les travailleurs des secteurs public et privé.

Par Goulart proposition cherche une nouvelle loi qui permet à tous les travailleurs brésiliens d’avoir la possibilité de demander aux employeurs une rémunération en crypto-monnaies. Cependant, le projet de loi garantit que les paiements cryptographiques ne sont effectués qu’après la vente d’un accord mutuel entre les travailleurs et l’employeur. Selon la version traduite du projet de loi :

« Les limites du pourcentage de paiement (rémunération) en crypto-monnaies seront librement choisies par le travailleur. Toute imposition par l’employeur sera interdite ».

Le projet de loi met en évidence l’évolution de la finance, d’un système de troc aux monnaies fiduciaires et Bitcoin (BTC), en se concentrant sur l’aspect de décentralisation, qui supprime la dépendance à « une seule personne ou une entité centrale ».

S’il est adopté, le projet de loi de Goulart établira un consensus entre les travailleurs et les employeurs pour prédéterminer les pourcentages de rémunération en crypto et fiat. Selon Goulart :

« Le plus important est que la proposition aidera à collaborer à la résolution du problème de la » trésorerie « des gouvernements fédéral, étatiques et municipaux en offrant des alternatives de paiement et, en même temps, en promouvant une gigantesque économie de marché qui est à venir. »

En demandant l’approbation de la proposition, Goulart a évoqué la nécessité d’établir « une économie mondiale qui facilite la vie quotidienne des citoyens et offre une bonne qualité de vie pour tous ». Le projet de loi deviendra loi 90 jours après la date d’approbation.

En rapport: Le Brésil vise à durcir les sanctions pour les crimes financiers liés à la cryptographie

Le Comité spécial de la Chambre des députés brésilienne a récemment approuvé un projet de loi visant à sanctionner les délits financiers liés aux crypto-monnaies.

Les dernières modifications réglementaires ont augmenté la peine pour blanchiment d’argent en plus d’augmenter les peines de prison minimales pour des crimes similaires. Comme l’a rapporté Cointelegraph, la peine est passée d’un tiers du montant d’argent blanchi à deux tiers, tandis que les peines de prison sont passées de 10 ans à 16 ans et huit mois.

«Avec l’absence de réglementation, les gens n’ont nulle part où se tourner. Le marché va progresser et s’ajuster au Brésil. Il n’y aura plus de spéculateurs qui utilisent la technologie pour tromper des millions de Brésiliens », selon le député fédéral Aureo Ribeiro.